Tout Hamelin, tout Beethoven! | Festival de Lanaudière
Faire
un don

Tout Hamelin, tout Beethoven!

Intégrale de concerto de Beethoven

C’est un concert qui était programmé l’année dernière pour l’anniversaire de Beethoven.

Mais c’est l’année des JO à Tokyo que Marc-André Hamelin va réaliser la performance on ne peut plus athlétique, de jouer les 5 concertos pour piano de Ludwig van Beethoven en une fin de semaine.

 

Il ne s’agit toutefois pas d’une première pour le pianiste, il avait déjà réalisé cette intégrale en 2013.

« Fondamentalement, dans ces pièces, on ne trouve pas de grand pessimisme comme dans certaines des sonates. Ce sont des œuvres plutôt aérées et optimistes. Il n’y a pas vraiment de complexité psychologique, je dirais. Mais il faut quand même les rendre avec brio » Marc-André Hamelin

Avant de pouvoir se plonger dans l’univers de L. van Beethoven le 6 et 7 août, quoi de mieux qu’un petit sprint à travers l’histoire des concertos allant du monde classique aux premiers feux du romantisme ?

En 1798, L. van Beethoven, alors âgé de 28 ans, achève son Concerto n°1 ut majeur. Cette même année, il rencontrera Napoléon Bonaparte et le violoniste Kreuzer, deux rencontres qui auront une grande influence sur ses compositions.  Durée de la première course : 30 minutes !

Le 29 mars 1795, L. van Beethoven interprète son tout premier concerto, le concerto n°2 en si bémol majeur à Vienne. Beethoven a 25 ans et remporte un succès unanime. Un deuxième 30 minutes de musique pour les musiciens !

Entre 1800 et 1802, il compose son concerto n°3 op.37 en do mineur. Celui-ci est plus sombre et témoigne d’une plus grande profondeur émotionnelle que les deux précédent : Beethoven a 30 ans et sa surdité est grandissante.

« Ô vous, hommes qui pensez que je suis un être haineux, obstiné, misanthrope, ou qui me faites passer pour tel, comme vous êtes injustes ! Vous ignorez la raison secrète de ce qui vous paraît ainsi”.

Un dernier 35 minutes pour terminer le marathon du 6 août !

 

Six ans plus tard, L. van Beethoven compose le Concerto n°4 en sol majeur. Cette année 1806 s’annonce très productive pour le compositeur. Il compose également trois quatuors, sa 4ème symphonie, un concerto pour violon et débute la composition de sa célèbre 5ème symphonie. C’est une année pleine d’audace et d’innovation au cours de laquelle il s’écarte de son « style héroïque ». C’est d’ailleurs pour ce concerto que Marc-André Hamelin à un faible. Les premières notes de la soirée seront entendues au piano et non à l’orchestre comme pour les trois concertos précédents et continueront de résonner pendant 35 minutes.

Entre 1809 et 1810, L. van Beethoven compose son dernier concerto pour piano en mi bémol majeur. Il a 39 ans et doit faire face à son ouïe devenant de plus en plus fragilisée par les bombardements des français arrivés à Vienne. Par son caractère majestueux, ce concerto est surnommé « Concerto de l’empereur ». Surnom que Beethoven refuse catégoriquement suite à la déception du sacre de Napoléon qu’il pensait, à tort, être un révolutionnaire. Le pianiste réalisera un sprint final d’une durée de 40 minutes !

Psst ! C’est par ici pour en savoir plus sur la préparation de Marc-André Hamelin aux concerts du 6 et 7 août :

https://www.lapresse.ca/arts/musique/2021-08-02/festival-de-lanaudiere/les-enfants-cheris-de-marc-andre-hamelin.php?fbclid=IwAR0s3gxR_1sDnjfh2KJYkhqba8vhzm9aJ7aoGc6tvfOuUBeUB2EYMojHmOc

 

 

Chroniques de programme par Margot Charignon