Karina Gauvin et les Violons du Roy en majesté

25 juillet, 2021

Amphithéâtre Fernand-Lindsay

14:00

Elle compte parmi les voix les plus auréolées de la planète, célébrée à Paris, à Vienne ou à Amsterdam, détentrice d’un instrument à la pulpe généreuse, aux myriades de couleurs dans lesquelles s’incarne un incandescent tempérament de tragédienne. Elle fait des merveilles – jamais autant, peut-être, que chez Mozart ou chez Gluck. La grande soprano québécoise Karina Gauvin retrouve le Festival, secondée par les Violons du Roy et Nicolas Ellis.

Les Violons du Roy

Fondés par Bernard Labadie et maintenant sous la direction musicale de Jonathan Cohen, Les Violons du Roy regroupent une quinzaine de musiciens qui se consacrent au répertoire pour orchestre de chambre, privilégiant les périodes baroque et classique pour lesquelles ils utilisent des copies d’archets d’époque. En plus de leurs séries de concerts réguliers à Québec et à Montréal, leurs nombreuses tournées nord-américaines comptent de régulières escales à New York, Chicago et Los Angeles. Ils se sont produits en Asie et sur la majeure partie de l’Europe, notamment au Concertgebouw d’Amsterdam et à la Philharmonie de Berlin. Leur discographie récipiendaire de trois Juno, d’un Félix et de deux nominations aux Grammy compte trente‑six titres sous étiquette Dorian, ATMA, Virgin Classics, Naïve, Hyperion, Erato, Decca Gold et Analekta.

Nicolas Ellis

Nicolas Ellis est le directeur artistique, chef d’orchestre et fondateur de l’Orchestre de l’Agora et agit également à titre de collaborateur artistique de l’Orchestre Métropolitain et de Yannick Nézet-Séguin.

Nicolas Ellis s’est produit comme chef invité avec Les Violons du Roy, l’Orchestre du Centre National des Arts, le Kitchener-Waterloo Symphony, l’Orchestre symphonique de Longueuil, l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre Métropolitain, Symphony Nova Scotia, l’Orchestre de chambre McGill, l’Orchestre symphonique d’Ottawa et le Royal Conservatory de Toronto. Il a eu la chance de se produire aux côtés d’artistes tels que Jean-Guihen Queyras, Anthony Roth Constanzo et Charles Richard-Hamelin.

Nicolas Ellis a complété sa maîtrise en direction d’orchestre à l’Université McGill auprès de Alexis Hauser en plus de se perfectionner au Aspen Music Festival avec Robert Spano. À l’été 2019, Nicolas Ellis a participé à l’Académie du Verbier Festival où il a entre autres agi comme chef assistant pour Valery Gergiev.

Ellis a fondé l’Orchestre de l’Agora en 2013. L’ensemble a pour mission de réinventer le rôle des musiciens classiques dans la société en leur donnant le pouvoir d’augmenter collectivement leur impact sur le monde, grâce à leur talent et leur engagement. L’orchestre a créé des partenariats avec Les Porteurs de Musique et le programme de musique de la Fondation Partageons l’espoir en donnant des cours, des concerts et des ateliers pour des enfants provenant de milieux défavorisés et en jouant dans des lieux où les gens n’ont pas accès à la musique tels que des centres psychiatriques, des prisons, des refuges pour femmes et des foyers pour personnes âgées. Les concerts de l’Orchestre de l’Agora ont été enregistrés et diffusés à plusieurs reprises sur les ondes de ICI Musique et CBC Music, dont leur récente production de The Turn of the Screw de Benjamin Britten en collaboration avec l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. L’Orchestre de l’Agora a remis le 22 avril 2020 la somme de 138 000$ à Jour de la Terre Canada, le Sierra Club et Conservation de la nature Canada par le biais du Gala de la Terre, une importante levée de fonds qui avait pour but la protection de l’Estuaire du Saint-Laurent. En février 2020, l’Orchestre de l’Agora a également été l’orchestre en résidence pour une clinique autour du répertoire Bel canto en collaboration avec l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal.

Nicolas Ellis est le récipiendaire de la Bourse de carrière Fernand Lindsay 2017 et a été nommé Révélation classique de Radio-Canada 2018-2019. Il a aussi remporté le prix Heinz Unger 2015, remis par le Conseil des arts de l’Ontario.

Karina Gauvin, Soprano

Reconnue pour son travail dans le répertoire baroque, la soprano canadienne Karina Gauvin chante avec un égal bonheur Bach, Mahler, Britten et les musiques des 20e et 21e siècles. Au nombre des prestigieuses distinctions qu’on lui a décernées, on compte sa nomination au titre de « Soliste de l’année » par la Communauté internationale des radios publiques de langue française, le premier prix du Concours des jeunes interprètes de Radio-Canada, le prix Virginia Parker et le Maggie Teyte Memorial Prize, à Londres.

 

Elle chante avec les plus grands orchestres symphoniques, dont l’Orchestre symphonique de Montréal, le San Francisco Symphony, le Chicago Symphony, le New York Philharmonic et le Rotterdam Philharmonic, sans oublier les orchestres baroques tels Les Talens Lyriques, le Venice Baroque Orchestra, l’Accademia Bizantina, Il Complesso Barocco, l’Akademie Für Alte Musik Berlin, le Tafelmusik Baroque Orchestra et Les Violons du Roy. Elle a chanté sous la direction de Charles Dutoit, de Michael Tilson Thomas, de Bernard Labadie, de Christophe Rousset, d’Alan Curtis, de Sir Roger Norrington, de Kent Nagano, de Semyon Bychkov, de Hulmut Rilling et de Yannick Nézet-Séguin et elle donne des récitals avec les pianistes Marc-André Hamelin, Angela Hewitt, Michael McMahon et Roger Vignoles.

 

Elle a été Alcina (Handel) avec Les Talens Lyriques et Ariadne dans Die Schöne und getreue Ariadne, de Georg Conradi pour le Boston Early Music Festival. Elle a chanté Seleuce dans Tolomeo de Handel avec Alan Curtis, avec qui elle a aussi collaboré pour l’enregistrement d’opéras de Handel sur étiquettes ARCHIV/Deutsche Grammophon, Virgin et Naïve, entre autres. On l’a entendue notamment dans Tito Manlio (Vivaldi) à Bruxelles et au Barbican à Londres, dans Ezio (Handel) à Paris et à Vienne, dans Giulio Cesare (Handel) à Paris et à Vienne également, ainsi que dans Juditha Triumphans (Vivaldi) avec Andrea Marcon au Concertgebouw d’Amsterdam. Ses interprétations avec le Boston Early Music Festival Orchestra lui ont valu des nominations aux Grammy Awards en 2007 et en 2009.

 

Son importante discographie – plus de 30 titres – compte de nombreuses récompenses, dont un « Chamber Music America Award » pour son disque Fête Galante avec le pianiste Marc-André Hamelin, ainsi que plusieurs prix Opus.

 

Parmi ses projets récents, mentionnons une tournée européenne et un enregistrement de Ariodante (Handel) pour EMI Virgin Classics, une tournée européenne et un enregistrement de Giulio Cesare pour la maison Naïve, tous deux avec Il Complesso Barocco et Alan Curtis. Elle a aussi chanté Le Martyre de St-Sébastien et la Symphonie n° 2 (Mahler) avec l’Orchestre symphonique de San Francisco, sous la direction de Michael Tilson-Thomas. En 2009, elle enregistrait Les Illuminations de Britten avec les Violons du Roy, sous la direction de Jean-Marie Zeitouni, et elle vient de terminer un disque en hommage à Anna Maria Strada del Po, avec Alexander Weimann et Arion Orchestre Baroque.

 

Récemment, elle a chanté la Princesse dans l’Enfant et les sortilèges de Ravel, avec le Rotterdam Philharmonic et Yannick Nézet-Séguin, ainsi que la Johannes Passion de Bach avec les Violons du Roy et Bernard Labadie, en tournée au Canada puis au Carnegie Hall à New York.